Cette page vous propose quelques mots du vocabulaire, parfois un peu spécifiques,
utilisés dans le domaine des aéroglisseurs :  


Aéroglisseur  

Définition de l'aéroglisseur. (voir plus bas la différence avec hydroglisseur).

Les aéroglisseurs sont des "véhicules reposant sur un coussin d'air" VCA. On utilise aussi le terme hovercraft, d'origine anglaise.
Nous pourrions aussi bien les définir comme des "véhicules toutes surfaces"  VTS,  ou des "Véhicules Aéro-Glisseurs"  VAG.
Le terme "bateau" est trop réducteur et ne convient pas à ce type d'appareil.
Selon l'un des tous premiers brevets décrivant ce type d'engin, ce n'est : " Ni un bateau, Ni un avion, Ni un véhicule terrestre à roues ".  


Pour le Bureau VERITAS
11 - Un aéroglisseur est un engin dont la masse peut, en totalité ou en grande partie, être supportée - que l'engin soit immobile ou en mouvement - par un coussin d'air, dont l'efficacité dépend de la proximité de la surface au-dessus de laquelle l'engin évolue.
12 - Le coussin d'air est généré en permanence par un ou plusieurs groupes moto-ventilateurs installés à bord. Il est contenu, à la périphérie de l'engin, par des parois souples ou  rigides.
13  -     Les aéroglisseurs marins sont, en général,  autopropulsés.
Variantes
11 - L'expression "aéroglisseur à quilles latérales" (AQL) désigne un aéroglisseur dont les parois latérales de coussin d'air sont des structures rigides immergées ou partiellement immergées en permanence.
Les prescriptions sur l'échantillonnage définies dans la présente Note d'Information s'appliquent à l'AQL en vol sur coussin.
12 -   L'expression    "aéroglisseur   à   jupes   souples"   (AJS)   désigne   un   aéroglisseur  comportant   une structure    souple   qui    s'étend    sur   toute    la    périphérie    vers   le   bas   et   qui   est   utilisée   pour  contenir  ou compartimenter le coussin d'air.
Ce dernier type d'aéroglisseur est amphibie.


Pour l'Organisation mondiale de la propriété intellectuelle
    « “véhicules à coussin d’air” comprend tous les véhicules qui sont entièrement ou partiellement supportés par des coussins d’air ou d’autres gaz au-dessus de la terre ou de l’eau. »

Pour le Recueil international de règles de sécurité applicables aux engins à grande vitesse
    « Le terme “aéroglisseur” désigne un engin dont la masse peut en totalité ou en grande partie être soutenue, au repos ou en mouvement, par un coussin d'air permanent, dont l'efficacité dépend de la proximité de la surface au-dessus de laquelle l'engin se déplace. »

Pour la Classification internationale des maladies (pour des notions de responsabilités)
    « Les véhicules amphibies tels que les aéroglisseurs sont considérés comme bateaux lorsqu'ils se trouvent sur l'eau, comme véhicules à moteur lorsqu'ils se trouvent sur la voie publique, et comme véhicules à moteur tout terrain lorsqu'ils se trouvent à terre mais en dehors de la voie publique. »

Pour le service des transports du Canada, un aéroglisseur ne peut être assimilé à un bateau
    « Compte tenu d’une technologie très différente de celle utilisée pour les bâtiments de mer conventionnels, des exigences particulières touchant la construction et l’exploitation ont été élaborées et adoptées en vertu d’une politique de Transports Canada. »

***
Comment être plus clair ? Pourtant, en France, on persiste à le classer dans les bateaux... Le fait qu'un aéroglisseur puisse se déplacer ailleurs que sur l'eau n'est pas même évoqué dans la définition ci-dessous.
* * * * * * * * * * *

La portance aérostatique du coussin d'air lui confère des propriétés amphibies réelles.  Sa propulsion généralement aérienne lui confère d'excellentes performances en matière de protection de la faune et de la flore subaquatique.
La sustentation, assurée par un coussin d'air sous faible pression, est générée par un dispositif soufflant de l'air à l'intérieur d'une enceinte dont les parois de confinement, appelées jupes, qui définissent le coussin sont suffisamment déformables pour suivre au plus près le relief de la surface survolée et ainsi réduire les fuites. Les aéroglisseurs se déplacent le plus souvent sur l'eau, mais aussi sur toute surface terrestre ne présentant pas d'obstacles importants (neige, glace, sable).
Les vitesses étant plus faibles que celles des avions, la charge à l'hélice est élevée et il est parfois judicieux d'utiliser une tuyère pour améliorer le rendement, surtout pour des hélices de faible diamètre. Les changements de direction sont obtenus en soit en déviant le souffle à l'aide de gouvernails (solution peu efficace), soit en utilisant des gouvernes aérodynamiques (profilées, plus efficaces aux faibles angles) ou par orientation de l'hélice ou de l'ensemble hélice-tuyère.

En France les aéroglisseurs sont considérés comme des embarcations (bateaux). Selon la plus récente réglementation promulguée pour les navires de plaisance, la Division 240, ils sont des navires à sustentation :aéroglisseur , navion, ou tout autre navire conçu pour évoluer à proximité de la surface de l’eau, sans contact avec cette dernière, et à une altitude inférieure à la longueur de coque de l’engin. Cette définition exclut les hydroptères, portés par des foils en contact avec l’eau.

Nota : On remarquera que le texte n'aborde pas le fait qu'un aéroglisseur digne de ce nom peut circuler aussi sur le sol et bien d'autres "surfaces", et qu'il mentionne une "altitude" qui l'apparenterait plus à un ekranoplane ou un aéroptère...

Retour hautAccueil

NE PAS CONFONDRE
Contrairement à ce que diffuse certains sites internet de piètre valeur...

Une confusion très répandue (y compris sur de nombreux sites Internet)  ;  [  < Hydroptère > #  < Hydroglisseur  > #  < Aéroglisseur > #  < Aéroptère > ]


Hydroptère = aile dans l'eau  ( aile parfois appelée foil ou hydrofoil )    voir en  IMAGE   ou  AUTRE image
Hydroglisseur = glisse sur l'eau (et occasionnellement sur l'herbe, la glace, la neige... avec de réels impacts ). Autre nom : Hydroplane.
Aéroglisseur = glisse sur l'air       voir en IMAGE  :  Autres noms Naviplane, Terraplane, ...
Aéroptère = utilise des ailes et un effet de sol  ( Ekranoplane ou W.I.G. ou GEM, ... )
On trouve aussi des engins hybrides qui conjuguent plusieurs techniques.

CE NE SONT PAS les mêmes appareils.
Un Hydroglisseur n'a pas les aptitudes d'un aéroglisseur, et un Hydroptère encore moins.
Un Hydroglisseur, comme son nom l'indique, à besoin d'eau pour circuler, même en très faible profondeur certes, ou exceptionnellement de surfaces lisses (herbe, neige, glace) sans le moindre obstacle où il peut « beacher ».  Son mode de fonctionnement repose sur l'aquaplanage ou aquaplaning.
La confusion avec l'aéroglisseur  vient du fait que les dispositifs de propulsion sont similaires d'une part ; Une hélice aérienne généralement à l'arrière de l'appareil,  et que d'autre part les anglophones ont eu la bonne idée de l'appeler AIRboat...

Un aéroglisseur (Hovercraft en anglais) est parfaitement apte à circuler sur toutes surfaces, éventuellement avec des obstacles compatibles de son coussin d'air.

Un hydrofoil ou plutôt hydroptère (Hydrofoiler en anglais) ne peut circuler qu'en eau profonde. Ses "ailes" ( = hydrofoil) utilisent la portance hydrodynamique, elles ne glissent pas sur l'eau, elles volent dans l'eau !  Il ne peut aller à terre.

Un Aéroptère (Ekranoplane) utilise un effet de sol grâce à des ailes de surface réduite, il ne peut atteindre que des altitudes comparables
à son envergure, quelques mètres, selon les catégories.

Il y a parfois des confusions plus gênantes telle que celle de l'AFP qui a diffusé une information sur une collision entre un "aéroglisseur" et un bateau de gendarmerie aux Pays Bas... (oct 2007).  En fait c'est un Hydrofoil de type Voskod (russe) exploité par la société Connexxion.
Si la collision avait réellement eu lieu avec un aéroglisseur il est probable que les conséquences auraient été moins lourdes.
Attention aussi à certains commentaires trompeurs sur divers sites Internet, ou certaines légendes de photos !

Chacun de ces types d'appareils peut répondre à une utilisation. Il convient de bien analyser le besoin afin de faire un choix cohérent.


Retour hautAccueil

* * * * * * *

Coussin d'air

Les aéroglisseurs sont des bateaux sur coussin d'air. Bien qu'on devrait plutôt dire des "véhicules", car ils peuvent circuler sur toutes surfaces.
Le coussin d'air est la bulle d'air emprisonnée par la jupe sous l'aéroglisseur, ayant pour fonctions de le soulever et de réduire ou supprimer les frottements sur la surface survolée.
La technique du coussin d'air n'est pas uniquement utilisée pour les véhicules tels que les aéroglisseurs, elle est aussi assez largement employé par ailleurs dans la manutention ou le déplacement de masses lourdes, telles que les tribunes du Stade de France par exemple, ou la manipulation délicate de charges sensibles (satellites en zone d'assemblage).

* * * * * *
Jupe d'aéroglisseurs

La jupe ou les jupes désignent l'organe généralement souple, réalisé avec un tissu résistant, qui permet de contenir le coussin d'air sous l'appareil.
Il existe plusieurs variantes de jupes ; jupe soufflée, jupe segmentée, jupe hybride soufflée-segmentée, etc, avec en outre des conceptions parfois très différentes selon les appareils et leurs dimensions.


* * * * * *

Enfournage  

Phénomène dans lequel un aéroglisseur engage une partie de sa structure dans l'eau, en général il pique du nez, mais cela peut aussi intervenir en latéral.

aeroglisseur Ici, ayant trop réduit le coussin ou suite à une panne de sustentation,
un aéroglisseur
commence à enfourner.
Risques limités cependant, à condition de maîtriser la poussée, l'appareil pourra alors flotter normalement sur sa coque, comme un bateau.

 * * * * * *
Déjaugeage 

Un aéroglisseur déjauge. Bien que n'ayant pas de carène physique dans l'eau lorsqu'il est sustenté par son coussin d'air, la carène virtuelle créée par la pression du coussin d'air génère une vague d'étrave, parfois appelée "bosse" ou encore "hump" par les anglais. Les lois physiques s'appliquent à cette étrave virtuelle comme à toute étrave physique. En conséquence, un aéroglisseur déjauge dés que sa vitesse propre rattrape puis dépasse la vitesse de la vague d'étrave.

Ainsi, un aéroglisseur posé à l'arrêt sur l'eau peut repartir. Il lui faudra un certain temps pour atteindre la vitesse de déjaugeage.
De plus, dans le cas particulier des aéroglisseurs, il convient de prendre en compte aussi le temps nécessaire pour évacuer l'eau qui s'insinue normalement dans le bas des jupes et dans une partie de la double coque pour certains modèles.
La majorité des constructeurs ne donne pas d'information sur le temps nécessaire à la "vidange" et sur le temps et  la vitesse de déjaugeage car ces éléments sont très sensibles au type d'appareil,  au chargement et aux conditions du moment.


Temps Au Déjaugeage  (TOH en anglais, Time to get Over Hump)

C'est le temps mis par un aéaroglisseur pour se trouver en situation déjaugé. Par exemple Le TOH11 est donné à vide, appareil complet en état de marche réglementaire et un pilote, le TOH1 est donné en pleine charge en conditions normales.  
On trouve aussi parfois la notion de "Vitesse de déjaugeage"  ou Hump-speed. La relation Vitesse-Temps de déjaugeage est évidente mais, pour l'utilisateur ce qui compte avant tout c'est le temps pendant lequel il ne dispose pas des aptitudes complètes du coussin d'air.

Intégré

Se dit d'un aéroglisseur dont la sustentation et la propulsion sont assurées par la même hélice  (pourrait se dire aussi "intégrées" ).

Séparé

Se dit d'un appareil dont la propulsion et la sustentation sont assurées par des organes différents, éventuellement avec plusieurs moteurs.

Freinage

Les freins sur aéroglisseur sont rares. toutefois certains aéroglisseurs disposent d'un moyen de freinage. Le plus souvent il s'agit d'un moyeu aérodynamique. Parmi les plus fréquents ; - godets inverseurs du flux d'air, dont il existe au moins 4 versions. - volets d'obturation associés à des volets d'éjection de l'air dans la direction opposée au mouvement, dont il existe diverses configurations. - hélices à pas réversible. ...
Ces dispositifs allourdissent l'appareil ou augmente son prix. Aussi ils sont rares sur les petits aéroglisseurs qui, pour autant, peuvent s'arrèter très court pour peu qu'on sache les piloter.

Sustentation

Dispositif qui consiste a fournir à l'aéroglisseur le volume et la pression d'air pour le soulever de la surface de survol.
Généralement la sustentation est composée d'un moteur et d'une hélice ou d'une turbine centrifuge.

Propulsion

Comme son nom l'indique, c'est le dispositif qui donne à l'aéroglisseur le moyen d'avancer... Généralement un moteur et une helice.





* * * * * *

... à Suivre.
Retour hautAccueil


(c)2011- 2013 - Tous droits réservés  AFA  - origine Aéroglisseurs Services Sàrl.
* * * * * * *